Les mains

Les mains

Un dossier photographique illustré sur les mains : un dossier ouvert en 1999, réouvert en 2020…

Le thème du corpus ici proposé est celui de la représentation des mains en photographie, thème lié à la représentation de la figure humaine, mais aussi à toutes les formes de l’expérience humaine.

Imaginons une collection de monographies, chacune d’entre elles ayant pour sujet un fragment du corps : visage, torse, jambes, pieds, etc… Envisageons ensuite la place relative des mains au sein de cette « collection de fragments » : leur place est transversale à la fois sur les plans sémantique et formel.
Les mains au quotidien se reconnaissent l’une l’autre, se pressent, se serrent et se tendent; elles parcourent et reconnaissent les corps et l’espace, expriment tendresse ou désarroi (nos émotions), signent le mouvement, l’équilibrent et le perfectionnent.
A leurs grandes heures, elles marquent salut militaire, obédience, piété; elles composent un langage codé ou poétique, devancent ou remplacent la parole dans l’urgence.
Elles « parlent », ou accompagnent la parole.
Leur office est celui du dialogue, de la médiation entre l' »intérieur » et l' »extérieur ».
Les mains sont fondatrices, créatrices, consolatrices, actives, sensuelles et expressives.

Le corpus proposé ci-après illustre leur place dans l’espace créé par l’image, avec leur extraordinaire apport à la composition, au mouvement, au jeu de l’ombre et de la lumière, leur éminente capacité à identifier l’être humain et à signifier les relations entre êtres humains, comme leur rapport à eux-mêmes et au monde.

Les mains sont un instrument d’expression, de création et de libération. Elle sont aussi l’instrument du destin, cet imprévu saisi par la pellicule. Elle évoquent à la fois l’appropriation du destin individuel et l’acte de possession sur le corps ou la matière inanimée.
Elles signifient tour à tour la fermeture (la préhension), l’ouverture (le dialogue); le contrôle, et l’abandon.

Organes du toucher, elles relèvent d’une symbolique duelle : droite et gauche (espace), envers et endroit (reflet, miroir, double), masculin et féminin. Elles sont affirmation, réunion d’entités identifiées comme complémentaires, tout et partie à la fois.

Les mains ne sont jamais constat d’impuissance.
Elles ne sont jamais muettes.


Enfin, elles sont le sujet par excellence de la photographie en noir et blanc.

(extrait)